Histoire de la naissance du soulagement de la douleur

Dario
Dario Bivona
Inviare ad un amico

Inviare questo articolo ad un amico.

(Terza ed ultima parte)

Pour contrôler la douleur, les patients reçoivent des soins palliatifs qui peuvent inclure des estimations régulières, une administration d’analgésiques appropriés à des intervalles de dose régulières, des ajouts thérapeutiques et des interventions non-pharmacologiques. Mais toutes ces situations de lignes directives d’action, dictées par l’OMS, sont nécessaires pour déterminer l’approche à utiliser dans l’administration d’analgésiques pour le traitement de la douleur. Suite à cet engagement pour établir des directives d’intervention, différentes études ont évalué le rapport étroit existant entre le traitement de la douleur et les pratiques utilisées par les professionnels de la santé. Une étude canadienne publiée en 1997, ressemblait des informations sur les pratiques reliées au traitement de la douleur dans le cancer et les points de vue des professionnels de la santé sur les obstacles empêchant d’atteindre une gestion idéale de la douleur. En 1994, 67% des médecins estimaient leur expérience « pauvre » par rapport au traitement de la douleur. Le manque de connaissance sur la douleur se reflétait dans les choix des médecins face aux scénarios de cas hypothétiques de douleur sévère suite à un cancer, proposés durant l’étude. Par exemple, 50% des médecins n’avaient pas administré des puissants opioïdes, car une large variété d’analgésiques et de techniques non-pharmacologiques sont au service des médecins canadiens pour assister les patients. Très peu de médecins considéraient la non disponibilité d’analgésiques et de techniques analgésiques comme des facteurs limitant la gestion de la douleur. L’étude estimait donc que le grand intérêt montré aurait pu placer l’éducation à la douleur dans les programmes de formation canadiens. Le même type d’étude effectuée au Québec avait montré que selon les médecins québécois, les plus grands obstacles dans la gestion de la douleur sont la réticence des patients envers les opioïdes et l’accès inadéquat aux techniques pharmacologiques. La douleur reste un des sujets les plus étudié et, actuellement, la gestion du traitement de la douleur génère de plus en plus de controverse.

 

 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Grazie per aver votato

Inizio pagina

Commenti

Commenti